Deux interventions au Conseil Communal du 30 juin 2016

Publié le par Anne Oger

Pour le départ de Monsieur Philippe Defeyt... Monsieur le Président du CPAS, Cher Philippe, Les férus d’astrologie penseront que votre signe vous correspond bien. En effet, vous êtes gémeaux et, d’après une de mes lectures en ce domaine (qui vaut ce qu’elle vaut), « L’homme gémeaux est un cérébral. Il aime philosopher, refaire le monde, prendre son temps pour lire. Son esprit a tendance à tout analyser, parfois même malgré lui. Son environnement est une source importante d’inspiration, il remet en question chacune des choses qui l’entourent et cherche à les améliorer, à les transformer. Le Gémeaux n’est pas facile à cerner, il reste toujours mystérieux, même avec ses amis. Il possède de nombreux dons, mais il se pourrait qu’il éprouve des difficultés à choisir de n’en exploiter qu’un seul. Son esprit vif est sans cesse en mouvement... » Ceux qui sont rétifs à l’astrologie, eux, devront simplement constater que vous avez été sur bien des fronts et qu’il faut parler pour vous d’une double, voire d’une triple vie. Accomplir votre travail au CPAS, réaliser vos études pour l’Institut du Développement Durable, répondre aux sollicitations des médias… et assouvir votre passion pour la lecture, la musique, les spectacles (et j’en passe)… voilà de quoi bien remplir vos journées, commencées d’ailleurs souvent bien avant 6h du matin. « L’homme pressé », le titre d’un roman de Paul Morand et d’un film d’Edouard Molinaro » pourrait pleinement vous définir. Pourtant, si vous sembliez parfois au four et au moulin, nul ne peut nier ce qui vous unifie : la recherche d’une cohérence entre vos actions et vos valeurs . Il suffisait, par exemple, de vous voir enfourcher votre vélo pour vous rendre au CPAS ou à la Ville, pour constater votre engagement dans la mobilité douce, si chère particulièrement à vos amis écologistes.

Et vous avez vraiment montré une profonde motivation pour le social, une volonté de lutter contre les injustices et d’aider les plus démunis. Vous avez d’ailleurs cherché à créer ou à faire évoluer les services du CPAS pour répondre au mieux à leurs besoins. Quelques illustrations : la création d’un service d’insertion sociale, l’appel à des volontaires pour accompagner dans la recherche d’un logement ou pour aider des jeunes fragilisés dans leurs études, ainsi que le développement d’un service axé sur le maintien à domicile pour les personnes âgées.

A titre personnel, si je garde autant d’implication dans le secteur social, c’est un peu à vous que je le dois. Mon expérience durant les 6 ans où j’ai été à vos côtés comme conseillère au CPAS m’a ouvert les yeux sur ma ville et nos échanges ont enrichi ma vision… Sans vouloir réaliser tout un panégyrique, je voudrais mettre en évidence que vous êtes un leader charismatique et humain. Et si vous avez le sens du travail, vous avez aussi celui de la convivialité.

Aujourd’hui, l’heure de la retraite a sonné. Mais ce mot n’a guère de sens quand on vous l’applique. Je vous sais déjà plein de nouveaux projets ; j’espère simplement que vous profiterez davantage de la vie, des bons moments en famille ou entre amis.

Pour le départ de Monsieur Alain Detry...

Monsieur l’Echevin, Cher Alain, Si vous étiez un arbre, vous seriez un arbre remarquable dans notre paysage namurois, puisque vous avez exercé votre mandat d’Echevin de l’Environnement et des Espaces Verts durant 15 ans. A votre actif, entre autres, la création de nombreux jardins, dont le jardin Jean Chalon dans le Parc Louise-Marie. Une occasion de nous plonger dans notre histoire, celle de la relation que l’homme entretient depuis l’aube des temps avec les plantes. Une occasion de découvrir leur symbolique culturelle et philosophique. Les symboles, revenons-y. Si vous étiez un type d’arbre, vous seriez sûrement un chêne. Nous savons que la force du chêne est légendaire, même si le fabuliste Jean de la Fontaine lui préfère la souplesse du roseau. Si je devais puiser des idées dans un florilège pour vous composer un bouquet, j’y mettrais des mufliers. Ils sont surnommés « Gueule de lion ». N’y voyez aucune allusion à des traits de votre visage, ni aucune trace de familiarité déplacée : je ne vous taxe pas de « grande gueule », mais vous maniez le verbe de manière tellement impressionnante que vous réduisez souvent à néant toute possibilité de riposte. Chacun de nous se souvient ici de moments où votre logorrhée, voire votre humour caustique, a fait mouche. Dans ce bouquet, je mettrais également des ancolies pourpres pour témoigner de votre caractère résolu, voire des amaryllis, pour toutes les victoires que vous avez engrangées au Collège. J’y ajouterais un peu de rue sauvage, pour témoigner de votre soif d’indépendance... Je n’ai pas besoin de glisser dans ce bouquet des myosotis. Dans le langage des fleurs, ils signifient « Ne m’oubliez pas »… Et, là, il n’y a aucun risque… Car votre nom restera dans la mémoire namuroise associé, non seulement à la chasse aux déchets, à la « récup », mais aussi à la nature que vous avez toujours voulu sauvegarder et magnifier. La contempler dans sa beauté nous humanise davantage… C’est donc un merveilleux cadeau que vous avez fait à tous les Namurois…

Nous vous en sommes reconnaissants et nous vous souhaitons désormais de longues promenades, ici ou ailleurs, pour pouvoir profiter de vos œuvres ou en découvrir d’autres, en toute quiétude...

Publié dans Conseil Communal

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article