Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Intervention au conseil communal de décembre 2013:

Publié le par Anne Oger

Note de politique sociale 2013-2018

Je tiens d'abord à remercier tous les travailleurs du secteur social, tant de la Ville que du CPAS. Confrontés à des tâches toujours plus lourdes, toujours plus complexes, ils sont amenés à sans cesse s'adapter aux besoins des usagers, toujours plus nombreux, et à chercher des solutions innovantes. La note fait état d'initiatives nouvelles, mais, ne nous y trompons pas, les remises en question et les ajustements sont fréquents, à tous les niveaux.

Je voudrais également profiter de l'occasion pour mettre à l'honneur les conseillers du CPAS. Je sais, ayant été conseillère CPAS durant la précédente législature, à quel point leur travail dans l'ombre nécessite un profond engagement en temps et en énergie

Revenons à la note que nous venons d'entendre. Elle montre à l'envi que La Ville n'a pas à rougir de sa politique sociale: les synergies Ville/CPAS, mais aussi la collaboration avec les nombreux partenaires associatifs (dont 160 qui sont membres du Conseil Consultatif du Social), font sa force et assurent sa crédibilité.

Je voudrais cependant placer la focale sur l'insertion sociale, un préalable avant toute insertion professionnelle, et principalement attirer l'attention sur des publics fragilisés: celui des jeunes qui représentent aujourd'hui 31% des bénéficiaires du revenu d'intégration, et celui des femmes .

Le travail sur le terrain est primordial. Dans ce cadre, mettre l'accent sur le développement social des quartiers qui regroupent 13% de la population namuroise, chercher à y faciliter l'insertion sociale, via l'accès au sport et à la culture, est indispensable pour une Ville où il fait bon vivre.

Mais, afin d'aider par la suite à l'insertion professionnelle, il faut donner aux jeunes le goût et la motivation pour les études, et ce n'est pas évident quand on a des parents qui n'ont, par exemple, jamais connu que le revenu d'intégration. Au CPAS de Namur, l'on encourage financièrement les jeunes à continuer ou à reprendre des études, parfois même au-delà de 25 ans. Les filles sont plus nombreuses que les garçons à ce niveau (environ 61%), ce qui est encourageant, mais elles s'engagent souvent dans des filières peu porteuses et choisissent de préférence, au niveau des études supérieures, le type court. Le travail d'orientation mené au CPAS doit tenir compte de ces paramètres. De plus, certains jeunes auraient besoin d'un suivi au pas à pas: quel est le bilan des expériences menées avec des volontaires à ce niveau?

Le décrochage scolaire est aussi une problématique qui doit retenir toute notre attention... Certes les écoles des devoirs ont tout leur sens, le projet d'une Maison d'accueil pour étudiants en difficulté est intéressant, mais comment sensibiliser encore davantage les mineurs, voire les petits enfants, à trouver un sens à l'école? Comment responsabiliser encore davantage les parents? S'ils se présentent comme des assistés, quel modèle les enfants vont-ils intégrer? Le CPAS devrait, selon moi, creuser des nouvelles pistes pour un plus grand soutien à la parentalité. Pour sensibiliser à l'importance de l'école, des études, l'on peut imaginer, par exemple, la création d'un spectacle (théâtre action), l'élaboration de dessins ou d'une BD par des enfants lors de stages, comme celle réalisée précédemment sur les économies d'énergie. Les planches, affichées dans la salle d'attente, attiraient l'attention.

Je voudrais également souligner l'importance de s'occuper des femmes précarisées. Celles qui sont seules avec enfants sont les premières victimes de la pauvreté. Elles ont du mal à trouver un logement, sont encore trop souvent victimes d'expulsions. Comment, de surcroît, les aider à accéder à la culture, au sport ? Je félicite Mme l'Echevine d'avoir été sensible à cette problématique et d'avoir évoqué, par exemple, une collaboration avec la Maison de la Poésie.

Si ces femmes ont, de plus, la représentation qu'une bonne mère est une femme au foyer, comment les amener à sortir de chez elles? Une Bruxelloise d'origine maghrébine nous disait récemment son inquiétude par rapport aux femmes immigrées de la seconde, voire de la troisième génération, qui restent enfermées chez elle, en n'ayant plus le souci de s'intégrer: comment aller vers elles? Comment faire en sorte qu'elles n'éduquent pas leurs enfants avec la crainte de s'ouvrir à ce qui est différent? L'intégration ne concerne pas que les primo-arrivants.

En ce qui concerne l'insertion professionnelle des femmes, nous savons qu'elles ont souvent des emplois à temps partiel, que les interruptions de carrière pour s'occuper des enfants sont fréquentes et qu'elles se retrouvent parfois très démunies à l'âge de la retraite, lorsque, à cause d'une séparation, d'un divorce, elles voient se profiler leur vieillesse dans des conditions difficiles. Je pense ainsi aux femmes d'indépendants qui se retrouvent parfois seules avec une faible pension. Il me semble que, même si le CPAS a pris des initiatives pour les femmes (je pense au job coaching), la décision, peut-être budgétairement nécessaire, de fermer l'EFT "Osez le fer" invite à explorer des pistes nouvelles pour ne pas rester sur un aveu de faillite.

De vastes chantiers sont donc encore à mener. Il n'empêche que "chaque année qui commence est une promesse et une espérance" Sans croire naïvement que 2014 marquera une embellie dans le ciel du social, il est cependant crucial que tous les Namurois gardent foi en un meilleur avenir pour tous et le construisent ensemble.

 

 



Publié dans Conseil Communal

Partager cet article
Repost0

Intervention au Conseil communal du 27 juin 13

Publié le par Anne Oger

 

Objet : Déclaration politique du logement (point 28)

 

La déclaration politique du logement: une obligation décrétale.

Une liste de bonnes intentions, diront certains.

Mais elle est indispensable pour donner une visée, un élan, et pour donner du sens aux actions qui seront menées.

Dans la foulée de la déclaration de politique générale du 17 décembre dernier, elle en renforce sa cohérence.

 

Plus fondamentalement, lier le logement à la cohésion sociale, c'est éclairer la problématique sous un angle particulier: le logement n'est pas qu'un droit individuel, ce n'est sûrement pas un lieu de repli frileux sur soi, mais un moyen de mieux vivre ensemble.

Il ne se conçoit donc que dans l'aménagement global d'un territoire, comme le rappelle d'ailleurs le programme de notre parti sorti en avril dernier, pour générer du bien-être, mais aussi des relations humaines de qualité, un sentiment d'identité et d'appartenance.

 

Et, derrière des phrases qui peuvent paraître convenues, se trouvent des enjeux majeurs: la nécessité de se soucier des plus précarisés, des nouveaux arrivants, des personnes handicapées, bien sûr, mais aussi, et c'est plus nouveau, celle de développer une politique intergénérationnelle.

Pour faire face au vieillissement de notre population, nous avons besoin de maisons de repos et de plus de résidences services, mais cela ne suffira pas. Il faut repenser le maintien à domicile, et donc une réelle volonté de briser l'isolement social et une plus grande solidarité entre les générations.

Jacques Attali le signalait récemment, à propos du meurtre d'un jeune français antifasciste: "Notre société occidentale, dite moderne, pousse à l'individualisme le plus effréné..." Il relevait, plus particulièrement, un risque de fracture entre les jeunes et les plus âgés. Namur, avec ses nombreux étudiants, offre des opportunités pour la réduire.

Il appelait également les politiques à offrir un projet en partage. C'est ce qu'ébauche la présente déclaration.

 

Pour mener à bien une telle politique, un maître mot: le renforcement des synergies et des collaborations. Entre les services de la Ville, avec le CPAS, bien sûr, mais aussi avec un maximum de partenaires, y compris privés. Et c'est là une voie qui n'a encore guère été explorée.

Car si la Ville peut prendre des initiatives sur fonds propres, ses moyens financiers sont limités. Prétendre le contraire, ce serait leurrer les Namurois... Mais elle peut inciter et fédérer, créer des liens entre des partenaires qui, sans elle, ne se seraient peut-être jamais parlés pour trouver des solutions innovantes. C'est déjà en soi une belle avancée.

 

 

Publié dans Conseil Communal

Partager cet article
Repost0

Quelques autres événements auxquels j'ai participé

Publié le par Anne Oger

  • A Naninne, la Fête de l'école le 25 mai et les Noces d'or le 21 septembre
  • La "journée des filles" à Namur le 11 octobre: une manifestation européenne pour que toutes les filles aient accès à l'enseignement et à l'éducation.
  • Le 23 octobre, le "salon du volontariat"
  • Le 11 novembre et le 10 décembre, le lancement et la clôture de la "caravelle des droits des femmes" à Namur, une organisation de Vie Féminine.
  • Le 20 et le 21 novembre, la participation à différentes activités organisées par la Ville de Namur contre la maltraitance.
  • Le 10 décembre, j'ai participé activement à l'organisation d'idéesH Femmes à Namur. Un bilan des avancées sur le terrain politique a été effectué par Anne-Catherine GOFFINET, députée des Parlements Wallon et de la Fédération Wallonie-Bruxelles, par Geneviève LAZARON, Députée Provinciale à Namur, ainsi que par Stéphanie SCAILQUIN, Echevine de la Cohésion Sociale à Namur. Ce petit déjeuner a rassemblé 25 participants d'horizons divers dont des représentants de Vie Féminine, des Femmes Cheffes d'Entreprise, d'Amnesty International, des Soroptimists et d'ASJ...

Publié dans Divers

Partager cet article
Repost0

IDéesH Femmes à Bruxelles le 22 novembre 2013

Publié le par Anne Oger

Dans le cadre du débat d'idées organisé par le cdH, en vue d'alimenter son prochain programme , une rencontre avec des associations et des femmes cdH s'est tenue au siège du parti.

Pour nourrir la réflexion, étaient présentes:

Madame la Vice-première Ministre Joëlle MILQUET

Madame la Ministre de la Région de Bruxelles-Capitale Céline FREMAUT

Madame Sandrine de Béthune, Présidente du Sénat

Madame Chris VERHAEGEN, représentante de "Vrouw & Maatschappij".

Le débat était animé par Dorothée KLEIN et j'étais chargée de la rédaction du compte-rendu.

IMG_2584--1-.JPG

IMG_2598--1-.JPG

IMG_2613--1-.JPG

IMG_2634--1-.JPG

IMG_2640--1-.JPG

IMG_2672--1-.JPG

Avec mes amies Dorothée KLEIN et Lisette DEGOLLA.


Publié dans Femmes

Partager cet article
Repost0

Le BBQ intergénérationnel du 21 avril 2013

Publié le par Anne Oger

Belle journée avec un très bon repas. L'ambiance ne manquait pas de chaleur.

DSC01925a.jpg

DSC01927a.jpg

La décoration a été réalisée par l'Ecole Communale de Naninne, ainsi que les panneaux de dessins et de photos représentant leur village...

DSC01930a.jpg

DSC01936a.jpg

DSC01932a-copie-1.jpg

Publié dans Village

Partager cet article
Repost0

La journée d'échange "Filles et choix d'étude"

Publié le par Anne Oger

Date : mercredi 17 avril

Lieu : Université de Namur, Faculté de Droit, rue Rempart de la Vierge, 5, 5000 NAMUR.

Voici quelques photos de nos rencontres:

 

femmes2013a.jpg  femmes2013b

femmes2013c.jpg  femmes2013d.jpg

femmes2013e.jpg  femmes2013f.jpg

Publié dans Femmes

Partager cet article
Repost0