Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Conseil Communal 28 mai 2015: motion sur le TTIP

Publié le par Anne Oger

Motion sur le TTIP déposée par Anne Oger (cdH) et Laurence Lambert (Ecolo)

Le projet de Partenariat transatlantique sur le Commerce et les Investissements entre l'Europe et les USA (ou TTIP) se négocie au niveau européen. Les Communes ne disposent d'aucun pouvoir décisionnel et ne seront même pas amenées à le ratifier. S'il inclut en fin de compte d'autres matières que le commerce, ce qui est probable, c'est le Parlement européen, mais aussi les Parlements nationaux qui se prononceront.

La motion que les groupes cdH et Ecolo introduisent ne met donc pas à mal la majorité qui a bien d'autres chats à fouetter et bien d'autres dossiers à gérer, sur lesquels elle a une réelle emprise.Cependant, le TTIP est un traité dont on parle beaucoup dans les médias et qui donne lieu à de nombreux débats citoyens. Le niveau de conscientisation de la population est d'ailleurs estimé à 10 %, un pourcentage que d'aucuns jugent élevé. Car cet accord concerne chacun d'entre nous. Sans être exhaustive, je voudrais aborder quelques domaines qui nous touchent de près.

En matière de santé, par exemple, les mutuelles s'inquiètent : l'accès à des médicaments abordables et économiques sera-t-il garanti ? La publicité directe aux consommateurs pour des médicaments sera-t-elle interdite et les conditions strictes à leur vente sur Internet seront-elles maintenues ?

Quant à la qualité de l'alimentation, André Antoine, en avril dernier, appelait à la vigilance, les Américains tolérant, par exemple, les poulets chlorés ou des hormones interdites chez nous. Il évoquait aussi la nécessité de garantir la protection des consommateurs. Aux USA, la rentabilité est un critère déterminant et, pour interdire un produit, sa dangerosité doit être prouvée scientifiquement, alors que l'Europe, elle, applique un « principe de précaution ». Certaines mesures que nous pourrions prendre, comme donner un label « sans OGM » à un miel de chez nous, pourraient ainsi être considérées comme des mesures protectionnistes, des entraves à l'introduction de produits étrangers.

En ce qui concerne les droits des travailleurs, les Américains sont aussi moins regardants. Récemment, dans une émission à Euronews, l'on parlait aux USA de contrats 0jour-0heure : pour pouvoir vivre, des personnes acceptent ce type de contrat ; elles ne savent pas le matin même si elles auront du travail et elles ignorent le nombre d'heures qu'elles devront éventuellement prester

Ce traité nous touche aussi en tant qu'il pourrait mettre à mal la protection des données et de la vie privée, une notion européenne.

Mais le TTIP concerne aussi les pouvoirs locaux.

L'Union des Villes et des Communes de Wallonie demande d'ailleurs que l'ensemble des services publics et d'intérêt général soient exclus du champ de l'accord, ce qui n'est pas le cas actuellement. Elle insiste aussi sur la nécessité de préserver l'autonomie des pouvoirs locaux et leur droit à définir librement les critères qualitatifs, les clauses sociales et environnementales dans les appels d'offres et les cahiers des charges. Dans ce cadre, les pouvoirs locaux ne peuvent que s'opposer au mécanisme de règlement des différends entre investisseurs et Etats (ISDS). Des multinationales pourraient porter plainte si elles s'estiment lésées auprès d'un tribunal d'arbitrage. Elles pourraient même utiliser la menace de poursuites juridiques pour modifier les politiques ou empêcher la mise en place de réglementations qui affecteraient leurs profits. Cela constitue un danger pour la souveraineté des Communes. Ainsi une mesure qui vise à favoriser les producteurs locaux, les petites entreprises et les commerces de proximité pourrait être interdite. C'est un enjeu important pour Namur.

Enfin, en présentant cette motion raisonnable et raisonnée, le groupe cdH de Namur se veut cohérent. Il est en phase avec les idées défendues par le cdH national, par notre député européen Claude Rolin, mais aussi avec la résolution votée récemment au Parlement wallon par le cdH et le PS. Nous savons également que le temps presse : durant la session plénière de juin, le Parlement européen sera amené à se prononcer sur le rapport de la commission Commerce international et l'entrée en vigueur du traité est normalement prévue pour le début de l'année 2016.

Publié dans Conseil Communal

Partager cet article
Repost0

Intervention au Conseil Communal du 30 avril 15

Publié le par Anne Oger

Le DLS (Diagnostic local de Sécurité) fait presque 400 pages, le PSSP (Plan Stratégique de Sécurité et de Prévention) en compte quasi autant. Sans avoir ouvert ces documents, il n'est pas difficile d'imaginer le temps et l'énergie qu'il a fallu pour les concevoir. Lorsqu'on parcourt le DLS, la première impression se confirme. Les informations données émanent de nombreuses sources. La Police, par exemple, y livre des statistiques détaillées sur tous les types d'infraction. Même si les chiffres sont à prendre avec prudence, on peut constater que le nombre global d'infractions est en diminution dans 6 quartiers à haute densité de population sur 9 (sauf Germinal, le Petit Ry et Amée), et que la situation dans le Centre Ville s'est un peu améliorée. A côté de ces statistiques, on a essayé aussi de prendre le pouls de la population pour savoir si elle se sentait en sécurité.Les Gardiens de la Paix ont ainsi sondé 292 personnes. Un questionnaire a aussi été envoyé aux habitants de la Corbeille: 478 y ont répondu. On ne dira pas que la Ville de Namur n'est pas à l'écoute de sa population… Mais, au-delà de cet aspect, le grand mérite du DLS est surtout de favoriser l'échange d'informations et de les faire circuler de façon transversale. En ce qui concerne le PSSP, on peut bien sûr se focaliser sur le verre à moitié vide ou à moitié plein. Sa plus-value incontestable : le nombre sans cesse croissant de synergies, l'importance du partage d'expériences, la volonté d'affiner et de perfectionner sans cesse le dispositif existant pour répondre au mieux aux besoins. En 2014, la focale a ainsi été mise sur le Centre Ville, un groupe GPS (Groupe Prévention Sécurité) a vu le jour. En 2015, de nouveaux phénomènes seront pris en considération, comme le problème de la sécurité routière aux abords des écoles. De façon plus précise, j'ai été frappée surtout par les actions menées pour lutter contre les nuisances publiques liées à l'usage de drogues. Bravo au travail mené par Phénix et Sésame. Quelques chiffres à l'appui concernant Sésame en 2014: 441 usagers ont été accueillis, 272 d'entre eux ont bénéficié d'un suivi individuel, soit 1075 consultations. Pourtant le travail est difficile: les demandes de suivi sont de plus en plus nombreuses et les problématiques de plus en plus complexes. J'ai noté, dans ce cadre, que Sésame se félicitait des contacts constructifs établis avec la Ville. Un regret : la dépendance à l'alcool est bien présente, mais il n'est malheureusement pas possible d' inclure des actions de lutte contre ce phénomène dans le PSSP. Je voudrais aussi mettre en lumière tout le travail réalisé en matière de lutte contre les violences intrafamiliales et celui effectué par la Coordination générale, sous la houlette de Mme l'Echevine S. Scailquin. Dans les prochaines années, le plus gros défi concerne, me semble-t-il, les jeunes. Un défi qui dépasse le cadre namurois, mais qui s'exprime à diverses reprises dans le PSSP. L'on constate, en effet, une déscolarisation de plus en plus rapide, vers 12 ans, malgré ce qui est déjà mis en place dans certains quartiers, comme les études solidaires pour préparer aux examens de juin ou les permanences pour accueillir les ados plusieurs soirs par semaine. Une recrudescence de la consommation de drogues dures et d'alcool est aussi constatée et c'est une source de nuisances sociales : vandalisme, racket, harcèlement. L'accent doit donc être mis sur la prévention et sur une réflexion entre tous les acteurs concernés : les directions d'école, les professionnels du secteur, les travailleurs sociaux des quartiers et la coordination du plan. En conclusion, ces documents – je suppose que tous les conseillers communaux les ont au moins parcourus - méritent toute notre attention et ceux qui y ont participé méritent toute notre considération. Car un travail constructif ne peut se poursuivre que si tous ceux qui ont oeuvré pour le DLS et le PSSP se sentent valorisés et soutenus. Malgré les difficultés, au pas à pas, ils cherchent à construire un monde plus juste et une plus grande cohésion sociale. Qu'ils en soient remerciés !

Publié dans Conseil Communal

Partager cet article
Repost0

1er mai 2015: Premier apéritif des Naninnois

Publié le par Anne Oger

Le Conseil Communal Consultatif des Aînés, aidé de Solidarité Seniors, a organisé le Premier Apéritif des Naninnois. Le but de cette activité est de relancer une dynamique de quartier et les contacts entre voisins. Il apparaît que le maintien à domicile des aînés ainsi que la rupture de leur isolement passe , notamment, par le contact régulier de personnes de leur voisinage. Madame Stéphanie Scailquin nous a gratifié de sa présence et de son support.

1er mai 2015: Premier apéritif des Naninnois
1er mai 2015: Premier apéritif des Naninnois1er mai 2015: Premier apéritif des Naninnois

Publié dans Village

Partager cet article
Repost0